For the moment cyberdodo.com website is in beta version. The new HTML5 version will be completed as soon as possible.

CyberDodo lutte pour les Droits des minorités (2-23)

Vues : 7687

Ajouter aux favoris

Évaluation :

C'est l'article 30 qui fait spécifiquement référence aux minorités en ces termes : « Un enfant ressortissant d'une minorité ethnique ou d'une population autochtone a le droit de pratiquer sa propre langue, religion et d'avoir sa propre vie culturelle avec les membres de son groupe ».

Mais tout d'abord, qu'est-ce qu'une minorité ?

Il s'agit d'un petit groupe de personnes dans un groupe plus grand, exemple concret et neutre : les suisses parlant italien ne représentent qu'environ 6,5% de la population totale helvétique alors que les suisses d'expression allemande sont plus de 63%.

Cet exemple est pertinent dans la mesure où grâce à lui on comprend facilement ce qu'est une minorité mais il est en même temps trompeur car il n'est évidemment pas difficile et encore moins dangereux de parler italien en Suisse. Or, la notion de Droits des minorités est complexe et souvent beaucoup plus sensible que cet exemple.

Pourquoi ?

Parmi les multiples réponses souhaitables ou possibles, il y a notamment la différence faite entre des groupes de personnes par la notion de Droit des minorités avec le statut particulier reconnu au groupe le plus petit. Ceci alors que les différentes Conventions sur les Droits Humains reconnaissent 1) l'égalité entre les personnes comme un principe fondateur (Voir l'article 1 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de l'ONU) 2) La volonté du peuple et son expression lors d'élections libres comme le fondement de l'autorité des pouvoirs publics ( Voir l'article 21/3 de Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de l'ONU), pour le dire autrement, la majorité décide.

Comment justifier alors que la minorité puisse bénéficier d'avantages spécifiques ?

Cette question qui est souvent posée par ceux qui refusent la mise en œuvre de l'article 30 de la Convention des Droits de l'Enfant est biaisée puisque le respect du Droit des minorités n'implique aucun avantage spécifique mais simplement la possibilité de vivre selon les coutumes de son groupe.

Soit pouvoir parler sa propre langue, pratiquer sa religion, vivre selon sa culture, etc..

Droits et Devoirs

Comme toujours, la Convention liste des Droits garantis aux personnes qui sont en même temps des Devoirs envers les autres. Ici, le statut des minorités implique pour celles-ci d'avoir la même attitude envers la majorité car le respect que les membres de groupes minoritaires revendiquent à juste titre pour eux-mêmes, ceux des groupes majoritaires y ont droit aussi.

C'est d'ailleurs souvent l'une des principales difficultés que rencontrent les minorités (ethniques, par exemple), le groupe majoritaire ne comprenant pas les revendications de la minorité de vouloir conserver leurs traditions et vivre en harmonie avec elles. La majorité interprétant à tort cette volonté comme un refus d'intégration.

Vivre ensemble

CyberDodo propose sa lecture de l'article 30 de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant, en suggérant qu'il parle de « vivre ensemble », de respect de chacun des membres d'une communauté. D'une vision de la société humaine dans laquelle ce qui fait de chacun de nous un être unique (Histoire, famille, langue, traditions, etc.) enrichit le groupe, que les différences individuelles créent un ensemble plus intéressant, avec plus de potentiel, qu'une simple addition de profils identiques.

Cette approche des relations humaines qui valorise la diversité est régulièrement contestée par les tenants de « l'intégration à tout prix » qui voudraient que les minorités se dissolvent dans le groupe afin de lisser les différences.

Mais, le droit des minorités fait écho aux articles de la Convention sur la liberté d'expression, de croyance, d'opinion, d'association, etc. qui soulignent chacun dans leur domaine d'application que tout ce qui fait un être humain, à fortiori un enfant, doit être respecté.

Pour le dire autrement et en ayant recours à une certaine provocation sans conséquences, était-il vraiment utile de consacrer un article aux minorités alors que tous les droits dont il s'agit sont déjà garantis sur le plan individuel ?

Notre réponse sera bien entendu positive car lorsque des groupes de personnes souffrent ou risquent de souffrir des mêmes abus, il est plus que légitime de renforcer leur protection.

Conclusion (Provisoire)

Le Droit des minorités et l'article 30 de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant parlent de la diversité humaine et des mélanges de population qui de tout temps ont enrichi la société.

Certains définissent la planète comme le « village global », les contacts se multiplient, les distances raccourcissent, nous sommes en interaction avec de plus en plus de personnes. A l'égal de la préservation de la biodiversité, le respect de toutes les formes de culture est fondamental pour notre avenir.

Ce que le « président-philosophe » tchèque Vaclav Havel a résumé ainsi :

Les droits doivent être identiques pour les hommes de différentes races, de différents peuples, ils doivent être pareils pour les deux sexes et pour les différentes religions.

Pour CyberDodo :

« Unis dans nos différences, unis par la Convention Internationale des Droits de l'Enfant »

L'importance de préserver notre héritage culturel a été reconnu par les Nations Unies qui ont fait du 21 mai la « Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement ».

Pour voir le dessin animé consacré aux Droits des minorités, cliquez ici

Pour le jeu, cliquez ici

Pour le quiz, ici

© CyberDodo Productions

Tous les commentaires ( 0 )

Ajouter un commentaire

Envoyer
Bookmark and Share