For the moment cyberdodo.com website is in beta version. The new HTML5 version will be completed as soon as possible.

CyberDodo défend le Droit au regroupement familial (2-10)

Vues : 6638

Ajouter aux favoris

Évaluation :

Qu'en dit l'article 10 de la Convention des Droits de l'Enfant (Résumé) :

Article 10 - Le droit de l'enfant et de ses parents de quitter ou d'entrer dans tout pays (Signataire de la Convention) aux fins de regroupement familial ou de maintien des relations.

Pour l'écrire autrement, un pays qui est lié par la Convention Internationale des Droits de l'Enfant devrait considérer toute demande faite par un enfant ou ses parents d'entrer sur son territoire ou de le quitter pour des raisons de réunification familiale « dans un esprit positif, avec humanité et diligence » (Entre guillemets, le texte original de la Convention).

Reprenons les termes utilisés dans la Convention, pour « esprit positif » il n'y a ici besoin d'aucun commentaire supplémentaire. Passons à « humanité » qui fait référence à des valeurs universelles idéalement rattachées à notre espèce, telles que la bienveillance, la générosité, la sensibilité, la bonté, la compassion, etc. Pour « diligence », il s'agit d'indiquer que la demande devra être examinée rapidement et avec bonne volonté.

La notion de regroupement familial (Ou de maintien des relations entre les enfants et leurs parents) était donc suffisamment importante aux yeux des États qui ont signé la Convention pour qu'ils insèrent dans le texte des indications très claires sur la manière de traiter les « cas » qui leur seraient soumis.

De quels « cas » parlons-nous ?

Ces « cas » sont des êtres humains que les circonstances de la vie ont séparé. Depuis des évènements malheureusement fréquents comme des divorces avec un des parents qui se trouve dans un autre pays que celui de résidence de l'enfant jusqu'à des situations de guerre en passant par la pauvreté qui pousse l'un des parents à s'expatrier, les causes potentielles de séparation des familles sont nombreuses.

Qu'en est-il dans la réalité ?

Il n'est pas polémique que de remarquer que la compréhension des termes « esprit positif », « humanité » et « diligence » n'est pas la même que l'on soit un enfant séparé d'un de ses parents (A fortiori des deux) ou un pays en charge de l'étude de ce « cas ».

Le passage du temps n'est pas identique, quelques mois peuvent être considérés comme un délai normal par une administration alors que c'est interminable pour un enfant tant la séparation et l'éclatement de la cellule familiale sont pour lui déstructurants.

Le regroupement familial est autant un droit qu'une nécessité

Comment améliorer le regroupement des enfants avec leurs parents ?

Pour de très nombreux pays, la notion de regroupement familial vient buter sur celle d'immigration clandestine et les enfants ne sont autorisés à rejoindre leur père, en compagnie de leur mère, (La plupart du temps, c'est en effet le père qui va « tenter sa chance » à l'étranger en laissant sa femme et ses enfants dans leur pays d'origine) qu'à l'expresse condition que celui-ci soit en possession d'un titre de séjour valide.

Si l'on peut comprendre que l'installation dans un pays soit soumise au respect d'une réglementation précise, il serait tout aussi important de tenir compte de la réalité qui est souvent celle d'immigrés vivant et travaillant pendant des années de manière plus ou moins clandestine (Par exemple, beaucoup payent des taxes alors qu'ils sont théoriquement en situation illégale) en étant séparés de leurs enfants.

Cette réalité, soulignée par de nombreux économistes, qui est celle des pays riches qui ont besoin des immigrés afin de disposer de main d'œuvre « bon marché » mais se refusent à leur octroyer les droits liés à la famille. Droits dont le principe leur est pourtant reconnu par de nombreux instruments juridiques internationaux, exemple la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme dans son article 16 :

« La famille est l'élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l'État »

Cliquez ici pour le texte complet de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme

Pour les familles séparées par la pauvreté existant dans leur pays d'origine, une amélioration sensible de cette situation serait de considérer les droits humains comme aussi importants que les besoins économiques d'une nation et donc reconnaître, par exemple, qu'un père manœuvre immigré sur un chantier est autant un « manœuvre immigré sur un chantier » qu'un « père ».

Ceci ne devant en rien diminuer la responsabilité des parents d'assurer à leurs enfants un niveau de vie suffisant pour qu'ils puissent se développer harmonieusement (Voir notre dossier consacré à ce sujet http://fr.cyberdodo.com/dossiers/cyberdodo-et-le-droit-a-un-niveau-de-vie-adequat/). Car, toute personne qui a un désir d'enfant devrait d'abord s'interroger sur ses moyens de lui offrir le cadre de vie indispensable à son épanouissement.

Le regroupement familial et la guerre

Lorsqu'une guerre éclate, les enfants sont toujours victimes, directement ou indirectement. Directement, en étant déplacés, blessés, tués, privés de soins, de nourriture, de logement, etc. ou indirectement en voyant les leurs souffrir des horreurs inhérentes à tout conflit armé et en étant souvent séparés de leurs familles ou d'un de leurs parents.

Même et surtout dans ses situations extrêmes, les enfants ont des droits dont celui de retrouver leurs parents. Dans ce contexte extrêmement complexe, la Croix Rouge et le Croissant Rouge jouent un rôle irremplaçable en assurant notamment la communication entre les membres de la famille et en favorisant la réunification de celle-ci.

Conclusion provisoire

La différence quelquefois importante qui peut exister entre la place centrale reconnue à la famille comme « élément naturel et fondamental » de nos sociétés et les difficultés rencontrées par ceux qui souhaiteraient pouvoir bénéficier du regroupement familial et/ou du maintien des relations est un bon indicateur du chemin qui reste à accomplir pour que les enfants ne soient plus séparés de leurs parents.

Pour l'exprimer autrement, les pays riches (Principalement mais pas uniquement) seront-ils capables de quitter la posture du « chacun pour soi » au profit de l'intérêt général et de celui des enfants en particulier ?

 

Pour voir le dessin animé consacré au regroupement familial, cliquez ici, pour le jeu, cliquez ici et pour le quiz, ici

© CyberDodo Productions

Tous les commentaires ( 0 )

Ajouter un commentaire

Envoyer
Bookmark and Share